Voici nos candidats au Conseil général

 

Mélanie MENTO

Conseillère générale

 

Joseph CORTHAY

Conseiller général

 

Thomas CORTHAY

Conseiller général

 

Benjamin DESLARZES

Conseiller général

 

Jean-Bernard DESLARZES

Conseiller général

 

Guillaume FELLAY

Conseiller général

 

Marie-Gabrielle LUISIER

Conseillère générale

 

François ALTER

Conseiller général

 

Hervé FELLAY

Conseiller général

 

Simon FELLAY

Conseiller général

 

Nicolas JOST

Conseiller général

 

Christophe MICHAUD

Conseiller général

 

Sébastien ROSSOZ

Conseiller général

 

Dominique TELLEN

Menuisier-ébéniste 

 

Julien VAUDAN

Cadre bancaire

 

Dominique ZUCHUAT

Architecte paysagiste

 

Sophie DESLARZES

Aide-soignante 

 

Raphaël BAILLIFARD

Expert Finances & Controlling

 

Gérald MARET

Pilote d'hélicoptère - Guide de montagne 

 

Patrick MICHELLOD

Mécanicien 

 

Maurice VAUDAN

Retraité

 

Patrice VAUDAN

Economiste 

 

Arnaud WALPEN

Responsable Offres & Marchés

 

 

 

 

 

Voici nos candidats au Conseil communal

 

William BESSE

Né le 10.05.1968

  

Norbert FELLAY

Né le 20.03.1960

  

Vincent MICHELLOD

Né le 21.08.1959 

 

Eloi ROSSIER

Né le 17.05.1953 

  

Jean-Baptiste VAUDAN

Né le 12.05.1977

 

 

 

Aux parlements cantonaux suisses


12 septembre 2012

 

Révision de la loi sur l'aménagement du territoire (LAT),

contreprojet à l'initiative dite pour le paysage

 

Monsieur le Président,

 

Vous n'êtes pas sans savoir que le Gouvernement valaisan a écrit a tous les

Gouvernements cantonaux de Suisse pour demander de soutenir le référendum des

cantons contre la révision de la loi sur l'aménagement du territoire (LAT).

 

Sans connaître les dispositions légales applicables dans votre Canton, nous aimerions

savoir si votre Parlement va se prononcer sur ce référendum et connaître votre

position.

 

Le Parlement valaisan, par 97 oui, 5 non et 4 abstentions, a demandé à son

Gouvernement de lancer ce référendum car le contreprojet à l'initiative dite du paysage

met gravement en péril l'autonomie cantonale et communale et est une atteinte

majeure au fédéralisme.

 

Ce contreprojet menace l'économie de nombreux cantons suisses par un dézonage

massif (plus de 18'800 ha de zone à bâtir devront être dézonés en Suisse avec un coût

de 18,8 milliards de francs à la charge des communes touchées).

 

Les arguments suivants complètent notre vision :

 

1. Non-respect de l’autonomie cantonale et communale par une délégation des

compétences en aménagement du territoire à la Confédération

 

2. Déficit démocratique à cause du manque de consultation officielle auprès des

cantons

 

3. Non respect de l’occupation décentralisée du territoire et de la prise en

considération de la situation particulière des régions de montagne ancrées

respectivement dans les articles 104 et 50 de la Constitution fédérale

 

4. Conséquences préjudiciables pour la dynamique économique des régions en

éliminant les fondements du développement économique

 

5. Conséquences financières considérables pour les institutions publiques liées

aux indemnités d’expropriation matérielle

 

6. Une simple approche quantitative ne suffit pas pour déterminer les réserves

de zones à bâtir, les dimensions qualitative et temporelle sont également à

prendre en compte

 

7. Non respect des spécificités régionales et de la diversité nationale par

l’application de la même solution à toute la Suisse, indépendamment des

problématiques

 

8. Incertitudes juridiques d’application et manque de précision par rapport à la

définition de la notion de « surdimensionné »

 

9. Dans une grande majorité des cantons, c’est l’espace rural qui est

principalement touché

 

10. Non respect des principes de base du fédéralisme en ne prenant pas en

considération les particularités géographiques et socioculturelles

 

Cette liste n’est pas exhaustive, mais elle permet de mettre en lumière les enjeux de ce

contreprojet et permettra de comprendre les problèmes de nombreux cantons suisses

et de leur population.

 

En parallèle du référendum  des cantons, un référendum populaire a été lancé par

l'USAM et soutenu par de nombreux partis politiques et associations pour la récolte de

50000 signatures. Le Gouvernent valaisan et son Parlement soutiennent également

cette démarche.

 

Nous vous remercions d'avance de l'attention que vous porterez à notre courrier et

espérons pouvoir compter sur la solidarité cantonale dans ce difficile combat.

 

Dans l’attente de votre réponse ou de votre prise de position, nous vous présentons,

Monsieur le Président, nos plus cordiales salutations.

 

LA PRESIDENCE DU GRAND CONSEIL

Le Président: Felix Ruppen

La 1ère Vice-présidente: Marcelle Monnet-Terrettaz

Le 2ème Vice-président: Grégoire Dussex

Déviation de Villette  : délais - mise au budget ?

Grand-Conseil du 14.09.12 - Réponse de Jacques Melly à la question de Véronique Coppey

La mise à l’enquête  de la déviation villette – Verbier a eu lieu le 9 décembre 2011.

Après 15 variantes passées au filtre,  34 oppositions sont actuellement en cours de traitement : étude des variantes, affectations financières – aboutissement de l'étude pour fin 2012 . Si tout va bien, le projet sera soumis pour homologation début 2013, sans recours,  le crédit d’engagement suivrait dans la foulée.Le classement de la Route Cantonale dans le cadre des routes nationales est toujours en attente de la part de la Confédération. Ceci est pourtant la clé du financement – le montant des travaux avoisinera les 35 millions – et la contribution fédérale pourrait atteindre les 75 % de ce projet.  Montants fondamentaux, vitaux pour aller de l'avant dans ce projet.